AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 562
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Dim 22 Fév - 7:09

Communiqué d'Intergraf, confédération européenne de l'imprimerie
==========================================

L’industrie graphique européenne est particulièrement préoccupée par la croissance des importations de livres d’enfant en provenance de pays situés hors de l’Union Européenne, et notamment de Chine.

Il est un fait certain : on détient en effet peu d’informations relatives aux mesures de santé et sécurité en vigueur pour l’industrie graphique chinoise.

Dans ce contexte, la Confédération européenne de l'imprimerie souhaite contribuer à une prise de conscience relative aux risques suspectés, et plaide en faveur de recherches approfondies et contrôles sur les substances utilisées dans les produits imprimés importés.

Très récemment l’opinion publique a été informée des dangers que représentent certains jouets en provenance de Chine; ceux ci ne répondent pas aux normes européennes de sécurité et santé et furent donc rappelés par les distributeurs. Dans un cas avéré, des articles de papeterie, carnets d’adresse, journaux particuliers et calendriers ont été rappelés étant donné la teneur en plomb des peintures.

De là à penser que certains imprimés pourraient être concernés, il n'y a qu'un pas, que l'absence d’informations et de contrôles aux frontières sur les substances et produits importés ne fait que renforcer.

Intergraf pointe ainsi du doigt la législation européenne sur l’étiquetage des substances dangereuses qui est très contraignante mais néanmoins pas souvent recueillie dans un seul document couvrant des produits finis spécifiques.

Les livres d’enfant, et particulièrement ceux destinés aux plus jeunes, sont souvent des produits sophistiqués qui vont bien au-delà d’un travail normal d’impression. En effet en vue de stimuler l’aptitude à l’observation, ils peuvent inclure de l’impression en relief ou des décorations contenant des poudres ou liquides de couleur. Ces produits sont généralement le résultat d’impression de sérigraphie, qui permet l’impression de plusieurs couches successives ou l’usage de supports d’impression très variés.

En mars 2006, l’Association Européenne des Fabricants de presse et consumables pour le secteur de la sérigraphie (ESMA), avait publié un communiqué de presse dans lequel elle attirait l’attention de leurs membres sur les préoccupations à propos des encres de sérigraphies importées de pays extra européens, et particulièrement d’Asie. Selon ESMA ces encres peuvent représenter des risques potentiels car elles contiennent des ingrédients chimiques non conformes avec la législation européenne; d’autre part ces produits ne répondent pas aux exigences d’étiquetage ou d’informations de sécurité sur les substances dangereuses.

Dans les pays de l’UE, des mesures nationales et européennes fournissent un cadre légal ainsi que des mesures de bonne pratique que l’industrie européenne respecte, ainsi que des mesures de responsabilité sociale vis-à-vis de ses travailleurs. La nouvelle règlementation REACH, sur les substances chimiques apportera des garanties plus systématiques encore. D’autre part des initiatives volontaires ont aussi été adoptées par l’industrie européenne. Les producteurs européens d’encres graphiques, regroupés au sein d’EuPia, appliquent depuis plusieurs années une “liste d’exclusion” de matières premières établie selon une grille de divers critères.

Intergraf vient de contribuer à un travail de recherche sur les caractéristiques et le développement de l’industrie graphique chinoise, en vue de mieux comprendre le potentiel compétitif qu’elle représente pour les imprimeurs européens. Il fut impossible de trouver des informations fiables quant à une législation chinoise d’application généralisée sur les critères de santé/sécurité, protection environnementale, et les mesures adéquates de contrôle.

Dans ce contexte, Intergraf demande aux autorités européennes de :

- Contribuer à l’application de normes européennes à tous les produits graphiques importés via des contrôles adéquats.

- Informer les éditeurs et les autres clients du secteur ainsi que le public européen en général sur les atouts de l’industrie graphique européenne en matière de protection environnementale et santé et sécurité.

- Encourager les imprimeurs européens à une parfaite transparence vis-à-vis de leurs clients, ainsi qu’à la poursuite de leurs efforts en matière de santé et sécurité.


(source: http://www.graphiline.com/article/9805/Les-livres-pour-enfant-imprimes-en-Chine-dangereux-pour-la-sante-)


Dernière édition par Admin le Sam 18 Avr - 2:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://specialauteurs.actifforum.com/
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 562
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Mar 17 Mar - 19:27

Il serait bon que nos éditeurs (GRUND, FLEURUS, ROUERGUE, TERRES EDITIONS, DE BOREE, etc) arrêtent de bosser avec ces chinois qui ne respectent pas les enfants !

En plus, ils se permettent de censurer les bouquins français imprimés chez eux... c'est dingue !

http://blog.librairie-m.fr/index.php/2008/07/31/26-la-chine-censure-et-modifie-les-livres-des-editeurs-francais-imprimes-chez-elle-et-vendu-en-france

PRIVILEGIONS LES EDITEURS QUI UTILISENT DES ENCRES NON TOXIQUES COMME PLUME DE CAROTTE !
http://www.plumedecarotte.com/ouvrage_fiche.php?id=44


Dernière édition par Admin le Sam 18 Avr - 2:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://specialauteurs.actifforum.com/
severinedalla

avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 26/11/2007

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Mar 17 Mar - 21:20

Alors moi je trouve que ça devrait être obligatoire de faire imprimer les bouquins qui sortent en France chez des imprimeurs certifiés "imprim'vert", au moins, et ISO 14001 etc.
Savez-vous qu'un "petit" tirage de 2000 exemplaires imprimé chez un français certifié ne coûte, à la louche, que 80 cts par livre - à peu près, hein... Donc rien de déraisonnable quand on regarde les prix de vente et les coûts intermédiaires.
Bonne soirée
Séverine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zia



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Mar 17 Mar - 21:51

Merci bien pour toutes vos infos ! oui et sans parler des cadeaux horribles des revues pour enfants qui si ça se trouve sont eux mêmes empoisonnés avec du jus de grenouille bouillie Wink ... ou alors des cadeaux avec lesquels les enfants finissent par se crever un oeil ou bien à avaler et mourir asphyxiés ou je ne sais quoi Laughing ... ba oui j'ai trop lu d'histoires horribles pendant mon enfance Laughing ... ah ! si c'était que ça !, sans parler de la publicité etc ...

Severine, t'as raison, c'est ce qu'il faudrait mais je crois qu'ils finiraient toujours par arranger un truc en douce, genre c'est vert mais avec quelque chose en plus qui ferait que ça soit soit disant encore plus vert que vert Wink , comme avec l'alimentation en quelque sorte, histoire encore de se remplir les poches par n'importe quels moyens ... n'empêche que ce que tu raconte au niveau des prix ça ne m'étonne pas beaucoup, en fait ça fonctionne pas mal comme ça dans tous les domaines, avec des croyances organisées...


Dernière édition par Admin le Sam 18 Avr - 2:24, édité 2 fois (Raison : lien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 562
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Sam 4 Avr - 3:36

Si nos ouvriers imprimeurs étaient moins souvent en grève, le boulot ne filerait pas à l'étranger. Le problème est le même dans la presse.
Qui va oser virer le syndicat du livre CGT qui a le monopole du recrutement depuis...1944 et qui censure notre liberté d'expression ?
C'est la verrue de notre profession, voire même le cancer !.
Combien de journaux ont coulé grace à son "action" ?

http://myboukin.com/en-bref/revue-de-presse/300-alain-minc-syndicat-du-livre-la-verrue.html
http://serumdeliberte.blogspot.com/2008_04_20_archive.html

Pour contourner ce syndicat totalitaire, il existe une solution: la délocalisation.
Michelin menaçait de délocaliser dans les pays de l'Est sa production si on lui imposait les 35 heures. Il l'a fait ! Le probleme de ces syndicats et même de ces politiciens démagogiques est de ne pas (vouloir ?) comprendre que l'économie est maintenant mondiale. Aujourd'hui, il n'est plus possible d'agir comme au début du 19e siecle en bloquant les importations.

Un petit cours de gestion serait fort utile à ces syndiqués d'une autre époquequi confondent encore chiffre d'affaires et bénéfices.


Dernière édition par Admin le Sam 18 Avr - 19:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://specialauteurs.actifforum.com/
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 562
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Sam 4 Avr - 10:25

LIBERTE D'EXPRESSION PAR PAYS (du mieux au pire)

La France est 35eme sur 173.
C'est pas si mal, meme si peut mieux faire ....

(source : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=25483)

Rang Pays Note
1 Islande 1,50
- Luxembourg 1,50
- Norvège 1,50
4 Estonie 2,00
- Finlande 2,00
- Irlande 2,00
7 Belgique 3,00
- Lettonie 3,00
- Nouvelle-Zélande 3,00
- Slovaquie 3,00
- Suède 3,00
- Suisse 3,00
13 Canada 3,33
14 Autriche 3,50
- Danemark 3,50
16 Lituanie 4,00
- Pays-Bas 4,00
- Portugal 4,00
- République Tchèque 4,00
20 Allemagne 4,50
21 Jamaïque 4,88
22 Costa Rica 5,10
23 Hongrie 5,50
- Namibie 5,50
- Royaume-Uni 5,50
26 Surinam 6,00
27 Trinidad et Tobago 6,13
28 Australie 6,25
29 Japon 6,50
30 Slovénie 7,33
31 Chypre 7,50
- Ghana 7,50
- Grèce 7,50
- Mali 7,50
35 France 7,67
36 Afrique du Sud 8,00
- Bosnie-Herzégovine 8,00
- Cap-Vert 8,00
- Espagne 8,00
- Etats-Unis (territoire américain) 8,00
- Taïwan 8,00
42 Macédoine 8,25
43 Uruguay 8,33
44 Italie 8,42
45 Croatie 8,50
46 Israël (territoire israélien) 8,83
47 Corée du Sud 9,00
- Maurice 9,00
- Pologne 9,00
- Roumanie 9,00
51 Hong-Kong 9,75
- Libéria 9,75
53 Chypre (partie Nord) 10,00
- Montenegro 10,00
- Togo 10,00
56 Chili 11,50
57 Panama 11,83
58 Kosovo 12,00
59 Bulgarie 12,50
- Nicaragua 12,50
61 Koweït 12,63
62 El Salvador 12,80
63 Burkina Faso 13,00
64 Serbie 13,50
65 Timor-Leste 13,75
66 Botswana 14,00
- Liban 14,00
68 Argentine 14,08
69 Emirats arabes unis 14,50
70 Bénin 15,00
- Malawi 15,00
- Tanzanie 15,00
73 Haïti 15,13
74 Bhoutan 15,50
- Equateur 15,50
- Qatar 15,50
- Seychelles 15,50
- Zambie 15,50
79 Albanie 16,00
- Fidji 16,00
81 Guinée-Bissau 16,33
82 Brésil 18,00
- République dominicaine 18,00
- Tonga 18,00
85 République centrafricaine 18,50
86 Sénégal 19,00
87 Ukraine 19,25
88 Guyana 19,75
89 Comores 20,00
90 Mozambique 20,50
- Paraguay 20,50
92 Congo 20,75
93 Mongolie 20,83
94 Burundi 21,00
- Madagascar 21,00
96 Bahreïn 21,17
97 Kenya 21,25
98 Moldavie 21,38
99 Guinée 21,50
- Honduras 21,50
101 Guatemala 22,64
102 Arménie 22,75
- Turquie 22,75
104 Maldives 23,25
105 Mauritanie 23,88
106 Tadjikistan 25,50
107 Ouganda 26,00
108 Pérou 26,25
109 Côte d’Ivoire 26,50
110 Gabon 26,75
111 Indonésie 27,00
- Kirghizstan 27,00
113 Venezuela 27,33
114 Sierra Leone 27,75
115 Bolivie 28,20
116 Angola 29,50
- Lesotho 29,50
118 Inde 30,00
119 Etats-Unis (hors territoire américain) 31,00
120 Géorgie 31,25
121 Algérie 31,33
122 Maroc 32,25
123 Oman 32,67
124 Thaïlande 34,50
125 Kazakhstan 35,33
126 Cambodge 35,50
- Colombie 35,50
128 Jordanie 36,00
129 Cameroun 36,90
130 Niger 37,00
131 Nigeria 37,75
132 Malaisie 39,50
133 Tchad 41,25
134 Djibouti 41,50
135 Soudan 42,00
136 Bangladesh 42,70
137 Gambie 42,75
138 Népal 43,25
139 Philippines 45,00
140 Mexique 46,13
141 Russie 47,50
142 Ethiopie 47,75
143 Tunisie 48,10
144 Singapour 49,00
145 Rwanda 50,00
146 Egypte 50,25
147 Swaziland 50,50
148 République démocratique du Congo 51,25
149 Israël (hors territoire israélien) 51,50
150 Azerbaïdjan 53,63
151 Zimbabwe 54,00
152 Pakistan 54,88
153 Somalie 58,00
154 Bélarus 58,33
155 Yémen 59,00
156 Afghanistan 59,25
- Guinée équatoriale 59,25
158 Irak 59,38
159 Syrie 59,63
160 Libye 61,50
161 Arabie saoudite 61,75
162 Ouzbékistan 62,70
163 Territoires palestiniens 66,88
164 Laos 70,00
165 Sri Lanka 78,00
166 Iran 80,33
167 Chine 85,50
168 Viêt-nam 86,17
169 Cuba 88,33
170 Birmanie 94,38
171 Turkménistan 95,50
172 Corée du Nord 96,50
173 Erythrée 97,50


Dernière édition par Admin le Sam 18 Avr - 3:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://specialauteurs.actifforum.com/
Zia



Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 12/09/2008

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Mar 14 Avr - 23:45

Si tu penses de ton côté qu'il n'y pas d'orientation médiatique, c'est ta façon de voir. D'autre part, le sujet est vaste et si tu crois aussi qu'il n'existe pas en France de censure insidieuse de l'expression et auto censure induite par là même en commençant par la micro société qu'est la famille, ce n'est pas mon avis.
Je ne vais pas faire une liste non plus, car moi je ne suis pas journaliste et je n'ai pas de temps à y consacrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
severinedalla

avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 26/11/2007

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Mer 15 Avr - 9:44

Je suis d'accord avec Zia, les medias font la pluie et le beau temps et on n'y trouve que ce qui est agréé à un certain niveau, sauf dans quelques uns.
Et il y a également de la vraie censure pas du tout insidieuse.
Je connais des gens qui font partie de mouvements d'expres​sion(de gauche, mais pas extrémistes du tout, hein, c'est juste qu'ils dénoncent des trucs qui ne plaisent pas), et qui ont vu leurs sites et blogs tout bonnement FERMES, SUPPRIMES...
Ca, c'est pas des ragots.
Entre autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 562
Date d'inscription : 08/02/2006

MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   Jeu 16 Avr - 0:29



Exact que certains journalistes ont des pressions de la part des redacs chef qui en ont de la part des annonceurs ou des politiciens, mais aucun webmaster français n'a fini en prison comme dans les pays ci dessous (...sauf pour des délits, tels l'incitation au racisme ou à la pédophilie).



Pour dénoncer ces pays qui contrôlent ce qui devrait être un espace de liberté, Reporters Sans Frontière lance ses "24h contre la censure sur Internet".

LA LISTE DES 13 ENNEMIS D’INTERNET © 2009 RSF

Trois pays ont été retirés, cette année, de la liste des ennemis d’Internet : le Népal, les Maldives et la Libye.
En revanche, l’Egypte, où de nombreux blogueurs ont été harcelés et emprisonnés cette année, fait son entrée au palmarès des pays enfreignant systématiquement la liberté d’expression sur Internet.

Les pays (par ordre alphabétique)

- ARABIE SAOUDITE

L’Arabie saoudite ne se cache pas de censurer le Réseau. Contrairement à la Chine, où les blocages de sites sont déguisés en problèmes techniques, les filtres saoudiens indiquent clairement aux internautes que certaines pages Web sont interdites par les autorités. La censure se concentre sur les contenus pornographiques, mais elle touche également les sites de l’opposition politique, les publications israéliennes ou celles traitant de l’homosexualité. Les blogs posent également problème aux censeurs saoudiens. En 2005, ces derniers ont tenté de bloquer complètement l’accès au principal outil de blog du pays, blogger.com. Ils sont revenus quelques jours plus tard sur cette décision et bloquent aujourd’hui uniquement les blogs qui les dérangent. Par exemple, en juin 2006, ils ont ajouté à leur liste noire le journal intime de "Saudi Eve", une jeune femme qui osait parler de sa vie amoureuse et critiquer la politique de censure du gouvernement.

- BELARUS

Le gouvernement, qui possède un monopole sur les télécoms du pays, n’hésite pas à bloquer l’accès aux sites d’opposition lorsqu’il le juge nécessaire, notamment en période électorale. Les publications indépendantes sont par ailleurs régulièrement victimes d’attaques informatiques. Ainsi, en mars 2006, plusieurs sites critiques de l’actuel chef de l’Etat, Alexandre Loukashenko, ont mystérieusement disparu de la Toile pendant plusieurs jours.

- BIRMANIE

La politique de l’Etat birman en matière d’Internet est encore plus répressive que celle de ses voisins chinois et vietnamiens. La junte au pouvoir filtre bien sûr les sites d’opposition. Elle surveille surtout très étroitement les cybercafés, dont les ordinateurs prennent automatiquement des captures d’écran, toutes les cinq minutes, afin de surveiller l’activité des internautes. En juin 2006, les autorités s’en sont prises aux services de téléphonie et de chat sur Internet, bloquant par exemple l’accès à Gtalk de Google. L’objectif est double : d’une part préserver le juteux marché des télécommunications longues distances jusque-là contrôlé par des entreprises d’Etat ; d’autre part écarter les cyberdissidents de ce moyen de communication difficile à mettre sur écoute.

- CHINE

La Chine reste sans conteste le pays le plus avancé en matière de filtrage d’Internet. Les autorités suivent avec attention les évolutions technologiques pour s’assurer qu’aucune n’ouvre une nouvelle fenêtre de libre expression. Ainsi, après les sites Internet et les forums de discussion, les autorités se concentrent aujourd’hui sur les blogs et les sites permettant l’échange de vidéos. Le pays compterait aujourd’hui près de 17 millions de blogueurs. Un chiffre énorme, certes, mais très peu d’entre eux osent aborder des sujets sensibles, encore moins critiquer la politique du gouvernement. Tout d’abord parce que les outils de blogs du pays incluent tous des filtres qui bloquent les mots clefs "subversifs". Ensuite parce que les entreprises qui exploitent ces services, qu’elles soient locales ou étrangères, sont mises sous pression par les autorités, qui leur imposent de contrôler les contenus qu’elles hébergent. Des armées de modérateurs travaillent donc, au sein de ces sociétés, pour assainir les contenus produits par les blogueurs. Enfin, dans un pays où 52 personnes sont en prison pour s’être exprimées trop librement sur Internet, l’autocensure fonctionne à plein régime. Il y a encore cinq ans, beaucoup pensaient qu’Internet, média libre prétendument incontrôlable, allait révolutionner la société chinoise et son système politique. Aujourd’hui, alors que ce pays dispose d’une influence géopolitique croissante, la question semble s’être inversée : c’est peut-être le modèle chinois d’Internet, basé sur la censure et la surveillance, qui pourrait un jour s’imposer au reste du monde.

- COREE DU NORD

La Corée du nord reste, comme en 2005, le pire trou noir d’Internet dans le monde. Seuls quelques fonctionnaires accèdent au Réseau à travers des connexions louées à la Chine. Le nom de domaine du pays, le .nk, n’a toujours pas été lancé et les quelques sites mis en place par le gouvernement nord-coréen sont hébergés au Japon ou en Corée du Sud. Dans un pays aujourd’hui capable de fabriquer des ogives nucléaires, difficile de croire que ce retard en matière d’Internet soit le simple résultat de difficultés économiques. Les journalistes nord-coréens exilés en Corée du Sud sont en revanche très actifs sur la Toile, via notamment le site d’informations www.dailynk.com.

- CUBA

Avec moins de deux internautes pour 100 habitants, Cuba figure parmi les pays les plus en retard en matière d’Internet. Une enquête menée par Reporters sans frontières en octobre dernier a révélé que le gouvernement cubain utilise plusieurs leviers pour s’assurer que ce média n’est pas utilisé de manière "contre-révolutionnaire". Tout d’abord, il a peu ou prou interdit les connexions privées au Réseau. Pour surfer ou consulter leurs e-mails, les Cubains doivent donc obligatoirement passer par des points d’accès publics (cybercafés, universités, "clubs informatiques pour la jeunesse", etc), où il est plus facile de surveiller leur activité. Ensuite, la police cubaine a installé, sur tous les ordinateurs des cybercafés et des grands hôtels, des logiciels qui déclenchent un message d’alerte lorsque des mots clés "subversifs" sont repérés. Le régime s’assure par ailleurs que les opposants politiques et les journalistes indépendants n’accèdent pas à Internet. Pour ces derniers, communiquer avec l’étranger est un véritable chemin de croix. Enfin, le gouvernement mise sur l’autocensure. A Cuba, on peut être condamné à vingt ans de prison pour quelques articles "contre-révolutionnaires" publiés sur des sites étrangers et à cinq ans simplement pour s’être connecté au Net de manière illégale. Peu d’internautes osent défier la censure de l’Etat et prendre un tel risque.

- EGYPTE

Mis à part quelques sites liés aux mouvements religieux des Frères Musulmans, l’Egypte filtre peu le Réseau. Le Président Hosni Moubarak, au pouvoir depuis 1981, fait toutefois preuve d’un autoritarisme particulièrement inquiétant en matière d’Internet. Trois blogueurs ont été arrêtés en juin 2006, et emprisonnés pendant près de deux mois, pour s’être exprimés en faveur de réformes démocratiques dans le pays. D’autres sont victimes de harcèlement, comme la blogueuse copte Hala Helmi Botros, forcée en août de fermer sa publication sous la pression de la police. Enfin, une cour administrative du Conseil d’Etat a récemment décidé que les autorités pouvaient bloquer, suspendre ou fermer tout site Internet susceptible de représenter une menace pour la “sécurité nationale“. Une position inquiétante qui pourrait ouvrir la voie à une censure abusive de la Toile.

- IRAN

La répression à l’encontre des blogueurs semble avoir diminué en 2005. Alors qu’une vingtaine d’entre eux avaient été emprisonnés en 2006, seul Arash Sigarchi est encore aujourd’hui derrière les barreaux. Le filtrage du Réseau s’est par contre intensifié et l’Iran se targue aujourd’hui de filtrer 10 millions de sites "immoraux". Les sites pornographiques, politiques ou traitant de religion sont particulièrement visés. Mais, depuis l’été 2006, les censeurs semblent avoir concentré leurs efforts sur les publications traitant des droits des femmes. Les autorités ont par ailleurs récemment décidé d’interdire les connexions à haut débit. Une mesure qui peut s’expliquer par un souci de ne pas surcharger le réseau iranien, qui est de très mauvaise qualité, mais qui peut aussi s’interpréter comme une volonté de bloquer les produits culturels occidentaux - films et chansons - téléchargés sur le Net.

- OUZBEKISTAN

La censure exercée par les autorités s’est encore raidie depuis la répression sanglante des manifestations prodémocratiques d’Andijan, en mai 2005. Le gouvernement, dirigé d’une main de fer par le président Islam Karimov, bloque l’accès à la plupart des sites indépendants traitant de l’Ouzbékistan, souvent hébergés en Russie, ainsi qu’aux sites des ONG condamnant les atteintes aux droits de l’homme dans le pays.

- SYRIE

Avec trois personnes actuellement emprisonnées pour avoir critiqué les autorités sur Internet, la Syrie est la plus grande prison du Moyen-Orient pour les cyberdissidents. Ces derniers sont par ailleurs systématiquement torturés et détenus dans des conditions inhumaines. Le gouvernement interdit l’accès aux sites d’opposition en langue arabe et aux contenus relatifs à la minorité kurde de Syrie.

- TUNISIE

La Tunisie a eu l’honneur d’organiser, en novembre 2005, le Sommet mondial sur la société de l’information (SMSI), grand événement onusien pour aborder l’avenir d’Internet. La politique du président Zine el-Abidine Ben Ali en matière de Réseau est pourtant l’une des plus liberticides de la planète. L’ensemble des cybercafés sont contrôlés par l’Etat. Ces derniers filtrent le Net et sont étroitement surveillés par la police. Impossible par exemple de se connecter en Tunisie au site de Reporters sans frontières. Les services de sécurité harcèlent en outre continuellement les blogueurs indépendants et les responsables de sites d’opposition, afin de s’assurer que l’autocensure règne sur la Toile tunisienne. Un cyberdissident, l’avocat Mohammed Abbou, est emprisonné depuis mars 2005 pour un article critique envers le chef de l’Etat diffusé sur une newsletter.

- TURKMENISTAN

Avec moins d’un internaute pour 100 habitants, ce pays est l’un des moins connecté à la Toile de la planète. Le président Separmourad Niazov, véritable Kim Jong-il d’Asie centrale, exerce sur tous les médias un contrôle absolu. Le Web turkmène est censuré, bien sûr, mais il est surtout interdit à l’immense majorité de la population.

- VIET-NAM

Le gouvernement vietnamien, qui négocie l’entrée de son pays dans l’organisation mondiale du commerce, est actuellement dans une situation inconfortable. Il est mis sous pression par la communauté internationale et n’est pas en mesure, comme son voisin chinois, d’ignorer complètement les exigences des diplomates étrangers. Il semble donc enclin à assouplir son contrôle sur l’information et hésite en tout cas à réprimer les opposants. Ainsi, plusieurs cyberdissidents, notamment le plus célèbre d’entre eux, Pham Hong Son, ont été libérés depuis 2005. Cette relative clémence a semblé redonner du souffle au mouvement démocratique vietnamien, qui s’est admirablement saisi du Net pour s’organiser et faire passer dans le pays une information indépendante. A l’été 2006, un groupe dit des "8406" a même lancé une pétition en ligne, signée sous leur vrai nom par des centaines d’internautes, pour demander au gouvernement d’engager des réformes politiques. Mais la prise en main du Réseau par ces jeunes démocrates fait peur aux autorités. Et ces dernières ont encore souvent recours à la force pour faire taire ces cyberdissidents. Une dizaine de personnes ont été emprisonnées cette année pour des propos tenus sur Internet. Quatre d’entre elles sont encore derrière les barreaux.

(source RSF : http://www.chine-informations.com/actualite/chine-rsf-h-contre-la-censure-sur-internet_5486.html)


Dernière édition par Admin le Sam 18 Avr - 3:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://specialauteurs.actifforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES LIVRES JEUNESSE IMPRIMES EN CHINE SONT ILS TOXIQUES ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alcool et tabac dans les livres jeunesse
» éditeur indépendant jeunesse et cuisine !
» LES EDITIONS DU MENHIR recherchent de nouveaux auteurs
» Puciers, vide-greniers, brocantes, farfouilles, bouquinistes 2011
» 6 jeux de piste sur Marseille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SPECIAL ILLUSTRATEURS JEUNESSE PROFESSIONNELS :: NID D'ILLUSTRATEURS JEUNESSE-
Sauter vers: